Les sacrements

 

Que se passe-t-il dans un sacrement ?  À vrai dire : rien ! Mais sans que cela soit visible à nos yeux et à nos sens, il se passe entre Jésus-Christ et nous, quelque chose qui ne s’effacera jamais.

 

Il veut faire une alliance avec nous pour nous aider à vivre ce que nous avons à vivre avec son aide. Cette aide se nomme l’Esprit-Saint.

Par les sacrements, je compte sur Dieu tout le long de ma vie. Et Dieu compte sur moi.

 

Les sacrements sont des fêtes où Dieu se fait proche de nous au cœur de nos vies.  C’est Dieu avec nous et proche de nous.
 

Le baptême

 

« De même que celui qui vous a appelés est saint,

                              vous aussi, soyez saints dans toute votre conduite »  1 Pi 1,15-16

 

                                                         L’idéal est bien haut ! Voilà la spiritualité conseillée aux nouveaux baptisés. La                                                                grâce de mon baptême, c’est un appel à la perfection. Demander le baptême                                                                  pour un enfant, c’est le lancer dans cette merveilleuse aventure, d’être un « gars                                                            parfait », une « fille parfaite » !

                                                         Responsable : Linda Vallée ou Johanne Paquin  450-785-2223

 

La préparation : Les parents qui demanderont le baptême pour leur enfant seront visités à la maison et dans certains cas, invités à participer à une rencontre avec d’autres parents. La présence du parrain et de la marraine n’est pas exigée mais elle est bien venue.

 

 Le catéchuménat :   Les jeunes adultes et adultes qui demandent un sacrement seront accompagnés individuellement ou en équipe tout au long d’une année.

 

La confirmation

 

                                                      « Le mot « confirmation » est très beau. Si l’on prête bien attention, dans l’Église, la                                                       confirmation, c’est l’exercice de la paternité. Dans le diocèse, c’est l’évêque (le                                                                 père) qui confirme. Dans nos sociétés, il y a beaucoup de jeunes qui n’ont pas été                                                         confirmés ; personne ne les a regardés et leur a dit (en particulier, le père) ; j’ai                                                               confiance en toi, tu es capable de faire de belles choses, tu as des dons étonnants,                                                        il faut que tu les exerces. »  Jean Vanier, Revue Prêtre et Pasteur, sept-oct 1980,                                                              vol.83, n◦8 p. 456. Retraite donnée à Aylmer.

 

 

 

L’action de la confirmation, c’est libérer les dons qui sont dans les autres.  « C’est libérer des personnes pour qu’elles trouvent en elles-mêmes une confiance suffisante pour exercer une activité créatrice » Jean Vanier, idem

 

L’Esprit de Jésus libère ses dons en chacun de nous.

 

Pour les futurs confirmés, consultez la section «catéchèse» sous l'onglet «services».

 

L'eucharistie

                                 « La messe est le mot le plus utilisé pour désigner la célébration de l’eucharistie. C’est la prière                                   par excellence où Dieu se révèle à la communauté à travers sa parole et où il se donne sous

                                 forme de pain et de vin. Il dresse ses deux tables pour nous transformer en lui : la table de la                                    Parole (l’ambon) et la table eucharistique (l’autel). »  Jacques  Gauthier, « L’eucharistie, source                                     de la prière chrétienne », Novalis, p.12

 

Le mariage

                                       « En décidant de se marier à l’église, on prend un engagement public : on signifie à son                                                 entourage, à ses amis, et à l’ensemble de la société, qu’on a la volonté de vivre le mariage                                           comme des chrétiens.

                                        Cet engagement comporte une part de témoignage. La manière dont vous vivrez votre                                               amour dans le mariage sera un témoignage. Voilà notre façon originale de vivre le                                                       mariage.

 

Quand vous vous marierez, vous ne serez pas seuls à vous engager : vous vous engagerez vis-à-vis de Dieu, et lui s’engagera à vous donner la force de faire ce qu’il attend de vous et à vous secourir dans les périodes difficiles. Cette force de Dieu donnée par le sacrement de mariage, s’appelle la grâce ». Dominique Aubert, Le mariage, Centurion, 1989, p.59-60

 

Renseignements pratiques

 

  • Réservez d’abord la date du mariage et obtenez les renseignements nécessaires en vue de la célébration et de la préparation au mariage chrétien.

      Communiquez avec le prêtre  450-785-2223

 

  • Un ensemble vocal composé d’hommes et de femmes accompagné d’un organiste offrent une cérémonie d’une très grande beauté et solennité. Ces chants communiqueront une part du mystère du mariage.

      Informez-vous auprès de la directrice Rose Tinguely  450-782-2481

 

La réconciliation

 

                                 « Dans les années 1940, le Père Henri Roy, oblat souhaitait un renouveau du sacrement du                                         pardon dans le sens d’un contact plus intime entre le prêtre et le pénitent. Il croyait à la toute-                                   puissance de la grâce dans le sacrement du pardon. Il croyait au pouvoir divin de l’absolution.                                   « Ne dites jamais : il n’y a rien à faire avec lui. C’est nier la toute puissance de la grâce et la                                           miséricorde de Dieu » disait-il.

                                 Soyez des ardents, répétait le Père Roy, il n’y a rien de pire que la médiocrité ».  Père André                                       Daigneault (lui-même transformé par « le Père » Roy) extrait tiré de la Revue Je Crois, juin 1985,                                  vol.26 n◦6, p. 19 et 21

 

L'onction des malades

 

                                           « La maladie remet Dieu au premier plan. Il prend conscience qu’il n’est ni infini ni                                                           éternel. Il se heurte à une sorte de mur psychologique qui lui rappelle la fragilité de la                                                 vie. Seul Jésus-Christ nous apporte la force de regarder au-delà du mur. Lui seul nous                                              permet d’élargir notre horizon » Dr Joseph Ayoub, cancérologue-oncologue, Revue                                                         Notre- Dame du Cap, juillet-août 1989, p. 12

 

                                 Le sacrement de l’onction des malades est un sacrement pour les vivants. Il est préférable                                          que la personne malade participe à la célébration pour en retirer tous les bienfaits de grâce                                       et de réconfort.

La présence de sa famille et de ses proches est fortement encouragée. Cette célébration peut-être vécue à la maison, dans un établissement de santé ou dans un rassemblement dominical à la paroisse. 

 

Il est souhaitable de ne pas attendre que la personne soit inconsciente pour le demander.

 

Prière:

« nom, par cette onction sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint ; ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève »

 

Renseignement pratique:

N’hésitez pas à vous adresser au prêtre en tout temps.

téléphone : 450-785-2223

 

© 2023 by Uniting Church Arizona. Proudly created with Wix.com

  • facebook-square